A vingt et une heure, un jeune toréador et une vielle carne vont rentrer dans l’arène, en sortiront-ils intacts,sous des aspects mielleux et des regards hypocrites, elle va faire en sorte d’écorner l’adversaire,de le blesser au maximum, et lui déconcerté par son expérience moins grande et tant de haine déployée, risque d’en perdre quelque peu ses moyens, le sable va voler, les aveuglant tous les deux, la foule applaudira son vainqueur enfin je pense qu’ils sont très heureux en rentrant chez eux..5e08a5bb

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s