Les rires brefs des pianos de l’hiver secouent mon coeur d’une vivacité joyeuse                                                          toute suffocante et rose quand sonne l’heure,                                                                                       je pense aux jours futurs, et je ris                                                                                                               Et je m’en vais au vent gentil qui m’emporte de ci de la sur un air de salsa…      sallsa

Advertisements

3 commentaires sur « Pardon Verlaine…. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s